Programme mai 2022 / octobre 2022

Mai

Samedi 7 Mai, journée. Puy-de-Dôme.
–––––––––––––––––––––
Echappée culturelle.
Château d’Aulteribe et musée de la céramique de Lezoux.

   Le château d’Aulteribe. Une collection exceptionnelle au cœur de la France qui conserve des objets et œuvres d’art de grande qualité, comme le fameux portrait de Richelieu par Philippe de Champaigne, des tapisseries des Flandres et d’Aubusson, des porcelaines… Il présente en particulier des meubles estampillés des meilleurs ateliers parisiens des XVII et XVIIIe siècles. Une formation d’ébénistes d’art accueillie à Aulteribe perpétue de nos jours cette tradition en restaurant certains meubles de la collection.
-----
   Le musée de la céramique de Lezoux. Installé dans une ancienne fabrique de poteries du XIXe siècle merveilleusement réhabilitée, il nous plonge dans la richesse archéologique de Lezoux, ville arverne qui fut l’un des plus grands centres de production de céramique de l’Empire romain. Les fours des potiers de Lezoux servirent à la confection de millions de vases rouge brillant dits « sigillées » finement décorés que les archéologues retrouvent encore aujourd’hui dans une grande partie de l’Europe.


Mercredi 11 Mai à 18h. Salle Jeanne d’Arc.
––––––––––––––––––––––––
Conférence par Maud Leyoudec. Le pointillisme - Dubois Pillet.

   Albert Dubois-Pillet, commandant de gendarmerie, est affecté au Puy en 1889 et meurt l’année suivante à l’hôtel-Dieu. Tout au long de sa brillante carrière militaire, il s’adonne à la peinture en autodidacte et expose régulièrement dans de grandes manifestations nationales. Adoptant de plus en plus les théories du néo-impressionnisme énoncées par Georges Seurat, ses œuvres sont refusées. Il participe alors activement à la création du Salon des Indépendants. Figure importante des avant-gardes et de l’histoire des expositions, Dubois-Pillet est un artiste qu’il convient de (re)découvrir.


Samedi 14 Mai, journée. St Etienne
–––––––––––––––––––
Echappée culturelle.
Visites d’atelier d’artistes et visite de la Biennale de St Etienne.

   Atelier de Marie-José Petit : peintre, dessinatrice, graveuse... Diplômée des beaux-arts de St-Etienne, Marie-José Morgat-Petit n’a jamais cessé sa recherche plastique où la ligne, le signe, la tache, la matière et la couleur dialoguent sans fin. A partir de l’observation attentive de la nature, elle crée des toiles abstraites colorées aux contrastes fins et affirmés. Les bleus profonds et lumineux de ses toiles expriment une réelle sérénité.
-----
   Atelier Estampille : sérigraphie, édition d’art et estampilles. Estampille est dédiée à la sérigraphie d’art, pratiquée de manière artisanale sur des presses manuelles. Le travail consiste à interpréter les œuvres, pour respecter la démarche et l’intégrité des artistes, tout en faisant la diffusion et le promotion des estampes imprimées. Un showroom présente les œuvres éditées.
-----
   Biennale Internationale Design Saint-Étienne : « Bifurcations ». Depuis 2020, la France a bifurqué en un temps record. Le déroulé de nos vies a changé, radicalement. Penser la bifurcation devient un enjeu pour les designers en ouvrant un débat culturel au cœur de notre société techno-industrielle. Cette Biennale incite les acteurs du design à faire un pas de côté pour explorer de nouveaux chemins. Sept expositions montrent les enjeux du design dans le domaine domestique, industriel, et dans nos modes de consommation et de production. L’Afrique est l’invitée d’honneur de cette édition.


Vendredi 20 Mai à 18h. - Centre universitaire. Le Puy-en-Velay.
––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Conférence par Serge Legat. Vert et jaune, deux couleurs en question.

   Les couleurs véhiculent des codes, des tabous, des préjugés auxquels nous obéissons plus ou moins consciemment. Elles possèdent des sens variés qui influencent profondément nos comportements, notre environnement et notre imaginaire. Le vert est une couleur plutôt mal aimée et le jaune est de loin la moins appréciée par les Occidentaux. Le jaune est en concurrence déloyale avec l’or et s’est transformé, au fil du temps, en symbole de la trahison, de la tromperie, du mensonge, …, et même de l’infamie. La société moderne a fait du vert le symbole de la nature mais aussi de la liberté, de la jeunesse et de la santé. Jadis le vert était la couleur du hasard, du jeu, du sort. La superstition l’a même condamné à porter malheur.

Juin

Samedi 11 Juin après-midi. - Cheyrac.
––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Parenthèse culturelle : Présentation de porcelaines japonaises rares dans un écrin du patrimoine local.
Insolite : rencontre de l’Orient et de l’Occident du XVIIe siècle.

    Visite de la maison forte de Cheyrac par Clause Didier. Le petit village de Cheyrac est dominé par une Maison Forte, accrochée au rocher, dont la façade de 26m en pierres de brèche volcanique lui donne fière allure. Son agencement est classique de l’époque (construite en 1640) : salle voûtée au rez de chaussée, escalier à refend central, avec balustre soutenant une main courante. Le palier entre le premier et le deuxième étage est décoré de fresques en camaïeu bleu, figurant Narcisse, Pénélope et Pygmalion étreignant la statue de Galilée. Une petite chapelle dans une aile comprend d’autres peintures à caractère religieux.
-----
   Présentation de porcelaines japonaises par Bruno Destobbeleer. Après la chute de la dynastie Ming en 1647, les Européens ne peuvent plus importer les précieuses porcelaines. La compagnie des Indes hollandaises «V.O.C» va alors en commander au Japon, des « bleus et blancs », les premiers polychromes, les kakiemon au style purement japonais, qui seront recherchés par l’aristocratie européenne, puis, plus connus, les imari . Les fours chinois ayant repris leur activité dès 1680, la production japonaise pour l’Europe cessera vers 1730, d’où la relative rareté de ces pièces . La porcelaine dure sera découverte à Meissen en 1709 et à Sèvre en 1770.


Samedi 18 Juin, journée. - Les Estables / Chartreuse de Bonnefoy.
––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Randonnée / Conférence Sur les traces des hommes d’en haut : randonnée patrimoniale.

   Un guide professionnel nous dirigera de la Croix de Pécata, aux confins de l’Ardèche et de la Haute-Loire pour découvrir le site de l’abbaye de la Chartreuse de Bonnefoy. Cette balade accessible à tous se fera sur des sentiers balisés. A notre arrivée, une conférencière évoquera l’histoire de la Chartreuse de ses origines, au début du XIIe siècle, à nos jours. Cette abbaye a été la cible de la guerre de cent ans, elle a été au cœur des batailles religieuses du Vivarais. Enfin devant les troubles de la Révolution les derniers chartreux quittent le monastère. Notre retour aux Estables se fera par un parcours différent de l’aller.

Juillet

Samedi 2 Juillet - Brioude, Hôtel du Doyenné.
––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Exposition : visite guidée. Picasso l’œuvre ultime : hommage à Jacqueline.

   Les vingt dernières années de Pablo Picasso sont intimement liées à la rencontre avec Jacqueline Roque en 1953. Elle devient la nouvelle et dernière compagne de l’artiste, elle est sa muse, son modèle et devient sa femme en 1961. Dès 1954, les portraits de Jacqueline dessinés ou peints font leur apparition. Différents styles semblent définir la vision chaque fois renouvelée de sa muse, pendant près de vingt ans elle sera omniprésente. Ces œuvres sont marquées par le génie du dessinateur, du graveur et du céramiste qu’il est devenu à Vallauris. La céramique et la poterie longtemps délaissées dans la création artistique, exception faite de Joan Miró, vont renaître grâce à un nouvel élan créateur. Picasso est celui qui va faire connaître ces supports à un large public.

Septembre

Vendrdi 23 Septembre, journée. Puy-de-Dôme.
–––––––––––––––––––––
Echappée culturelle.
Le château de Parentignat et Musée Archéologique de la Bataille de Gergovie.

    Le château de Parentignat. Baptisé « le petit Versailles d’Auvergne » par Henri Pourrat, il est un passage obligé pour le visiteur curieux. Épargné à la Révolution, il abrite aujourd’hui l’une des plus importantes collections privées de peintures de grands maîtres français des XVIIe et XVIIIe siècles. La visite vous permettra de découvrir les différentes enfilades de salons, la salle à manger, les chambres d’apparat qui conservent encore une grande partie de leur mobilier d’origine et la bibliothèque avec ses 20 000 volumes reliés.
-----
   Musée Archéologique de la Bataille de Gergovie. Plus qu’une visite, le musée propose un parcours vivant et interactif au cœur de la Guerre des Gaules et de la mythique bataille de Gergovie qui opposa Jules César à Vercingétorix. Il propose également de découvrir l’histoire naturelle et géologique du Plateau de Gergovie et des paysages grandioses qui l’entourent notamment de la Chaîne des Puys et de la faille de Limagne classée à l’UNESCO. Le Musée de Gergovie offre un parcours muséographique dont les dispositifs innovants et qualitatifs permettent de répondre à différentes attentes scientifiques ou plus ludiques. L’espace allie graphisme, maquettes, objets archéologiques et multimédias avec comme point d’orgue une salle audiovisuelle replongeant le visiteur dans l’ambiance de la Bataille.




Octobre

Dimanche 9 Octobre, journée. - Musée Crozatier et esplanade.
––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Evénement : Fête de la Science : Histoires d’adaptation.

   A l’occasion de l’édition 2022 de cette fête de portée nationale, le musée Crozatier ouvre gratuitement ses portes et devient le cœur d’un village des sciences ayant pour thématique la transition climatique, atténuation et adaptation.


Lundi 10 Octobre à 18h. - Salle Jeanne d’Arc.
––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Conférence par J-C Juge. Balade architecturale.

   Depuis toujours, l’architecture est vouée à la satisfaction et au service de l’homme qui la crée et la façonne lui-même avec les moyens techniques et les connaissances dont il dispose. Il se permet même de lui donner une dimension spirituelle et intime qui en fait un véritable art de l’espace essentiel, dont l’évolution, des origines à nos jours, est considérable.


Mercredi 12 Octobre à 18h. - Centre Pierre Cardinal.
––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Conférence par Denise Pericard-Mea. Le moine qui fit du Puy la capitale « du Saint-Jacques ».

En partenariat avec la Société académique. Un jour d’hiver de l’an 950, l’évêque du Puy, Godescalc, partit « en hâte » pour Compostelle, toutes affaires cessantes, « pour y prier saint Jacques ». Il en rapporta un manuscrit sur la virginité de la Vierge. Cette marque de dévotion lui assura une gloire posthume qu’il n’a sans doute jamais imaginée. Le moine copiste, lui, pensait-il à sa renommée en dédicaçant son travail ? Pour l’historien, son nom mérite aujourd’hui d’être mis en valeur à côté de celui de Godescalc, surtout au Puy. La conférence tracera le parcours historique de cette dédicace et montrera comment elle a servi la ville du Puy « à construire son identité sur le pèlerinage de Compostelle, devenu sa tour Eiffel », après avoir oublié la Vierge noire chère à Godescalc.


Vendredi 21 Octobreà 18h. - Salle Jeanne d’Arc.
––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Assemblée Générale : Bilans et perspectives. Renouvellement des cotisations.