Confinement : défi 2

Racontez-nous votre premier souvenir du musée. 


La première fois que je suis allé au musée Crozatier remonte à 2001. Au fond du parc Henri-Vinay, le musée est apparu comme un vieux paquebot à quai.

Un grand escalier faisait office de passerelle. L'intérieur plus encore trahissait son âge. Tout paraissait  suranné, hors du temps. L'ordonnancement originel semblait avoir été préservé à l'instar du mobilier. Je retrouvais les peintures qui avaient inspiré les livres d'histoire de mes grands-parents et qui avaient suscité en moi, des émois patriotiques d'enfant. Le musée c'était également une collection impressionnante d'art et traditions populaires. On y lisait la sueur, la misère des petites gens  mais aussi les joies simples...

Je suis resté ainsi plusieurs heures à fureter telle une souris qui découvre son nouveau territoire. Bien que tout jeune trentenaire, passé quatre heures, je m'étonnais d'avoir quelques difficultés à lire les cartels. Relevant la tête je m'aperçus que le musée était désert. Alors je vis que les gardiens emmitouflés dans leurs doudounes luttaient pour ne pas se refroidir car il n'y avait ni chauffage ni électricité. Le musée resté dans son jus semblait s'endormir à mesure que s'éteignait le jour.

David D., 50 ans